logo

Soirée de performances audiovisuelles – Lucas Paris, Martin Rodriguez, Alexis Langevin Tétreault ainsi que Pierre-Luc Lecours, Myriam Boucher et Charlotte Layec

Soirée de performances audiovisuelles

Lucas Paris, Martin Rodriguez, Alexis Langevin Tétreault ainsi que Pierre-Luc Lecours, Myriam Boucher et Charlotte Layec

Vendredi 8 décembre 2017, 20h

Tarif régulier: 10$

Tarif étudiant: 5$

ESPACE CERCLE CARRÉ accueille, vendredi, le 8 décembre 2017 dès 20 h, les artistes Lucas Paris, Martin Rodriguez, Alexis Langevin Tétreault ainsi que Pierre-Luc Lecours, Myriam Boucher et Charlotte Layec pour une soirée de performances audiovisuelles.

Time et/ou Our Shutter Refractions – Lucas Paris

Deux performances sont en création à l’automne. L’une ou les deux seront présentées selon leurs avancements. Il s’agira d’une performance audiovisuelle aconceptuelle, défoulement perceptif pour rétine et tympans ou alors d’un projet de vision augmentée, d’appareil photo motorisé, du rapport du corps à l’objectif et de l’artisanat de l’image online par l’individu.

Artiste émergent en art numérique et en musique électronique, Lucas Paris invente des instruments depuis plus de 10 ans dans le but de sculpter l’immatériel, le son et la lumière . En combinant une démarche artistique centrée sur les réseaux de synthèse numériques et sur la conception d’instruments modulaires, Lucas Paris crée de nouvelles formes de performances multisensorielles, improvisées et émotives. Membre des projets de performance Betafeed et QUADr, il a participé à Mutek 2017 et 2016, à Akousma 2016, à la BIAN 2014 et 2016, à Mutek ISEA 2015 et au TIES 2015 et a été en résidence à Eastern Bloc en janvier 2015. Il a étudié en musique numérique et en lutherie audionumérique à l’Université de Montréal tout en travaillant en programmation créative, en design de logiciels et en conception d’électronique pour des artistes tels que Herman Kolgen, Nicolas Bernier, Maotik, et Adam Basanta.

L_Paris_PhotoProjet

Radio Therapy – Martin Rodriguez

Radio Therapy exprime ces moments en transformant les sons bruts de l’imagerie par résonance magnétique de Rodríguez en une méditation sur le processus de la guérison, suite au retrait d’une tumeur cancéreuse au cerveau, créant une ambiance de récupération et de rémission. L’oeuvre est produite en transformant les impulsions produites par l’IRM du cerveau de l’artiste en fréquences radio en utilisant un transducteur relié à une guitare. Cette dernière vibre et produit une musique qui se mêle à des fréquences AM traversant le corps de l’instrument.

Inspiré par les sons de l’environnement, Martín Rodríguez cherche à établir un dialogue entre le murmure sonore naturel et les sons domestiqués par les humains pour créer des paysages sonores vivants. Étant fils d’un immigrant mexicain et d’une Américaine d’origine polonaise, l’identité a toujours joué un rôle central dans les explorations artistiques de Rodríguez. Le projet Open La Puerta (2013) explore la mémoire fragmentée de son patrimoine familial; après une chirurgie au cerveau qui l’a laissé temporairement paralysé, il a conçu Cabezón (2014) en réaction à son diagnostic. Durant la même période, il a exploré de nouvelles façons de jouer de la guitare et cela a donné naissance à Radio Therapy (2015).

MR

Interférences (String Network) Alexis Langevin Tétrault

Interférences (String Network) est une performance audiovisuelle qui explore les possibilités d’interprétation d’une oeuvre électroacoustique en temps réel à l’aide d’un dispositif audiovisuel unique. Sur scène, un jeu de lumière audioréactif se dévoile graduellement : Alexis Langevin-Tétrault (CA) construit progressivement un réseau de cordes avec lequel il interagit afin de créer un univers sonore qui se situe à la rencontre de l’électronique et de la musique électroacoustique. L’interaction gestuelle avec le dispositif oriente le comportement du système audiovisuel et permet l’interprétation de l’oeuvre en temps réel. Interférences (String Network) propose une allégorie du monde moderne globalisé et interconnecté dans lequel l’individu cherche à tirer un sens de son expérience et tente de conserver sa liberté d’action. Compositeur et musicien issu des scènes acousmatiques et électroniques, Alexis Langevin-Tétrault propose un univers singulier et insuffle une dynamique de musique live à un genre musical rarement incarné par la performance.

Alexis Langevin-Tétrault est un compositeur et un artiste de performance montréalais. Il a participé à la fondation de différents projets de musiques électroacoustiques et électroniques dont QUADr, Falaises, BetaFeed, Alexeï Kawolski et Recepteurz. Ses oeuvres se caractérisent par l’utilisation approfondie des technologies audionumériques, par une composition rigoureuse, par la conception méticuleuse de sons de synthèse, par une exploration du timbre sonore ainsi que par une réflexion conceptuelle. Ses oeuvres ont été présentées dans de nombreux événements internationaux, dont ISEA (CA), MUTEK (CA), Transient (FR), Sines & Squares (UK), BIAN Elektra (CA), EMUFest (IT), Matera Intermedia Festival (IT), Feast Festval (USA), NSEME (USA), Exhibitronic (BE), Mus Lab (BR), Espace du son (BE), Futura (FR) et TIES (CAN). Son travail a été reconnu par la fondation Destellos en 2014 et en 2015, par la fondation SOCAN en 2015, puis par la fondation Musiques et Recherches, par la Semaine internationale de la Musique Électroacoustique ainsi que par le festival Exhibitronic en 2016.

ALT1

Imaginary Landscape Pierre-Luc Lecours, Myriam Boucher et Charlotte Layec

Imaginary Landscape est une performance audiovisuelle pour clarinette basse, gramophone, synthétiseur et vidéo. Dans ce projet, le compositeur Pierre-Luc Lecours s’intéresse au mélange des sonorités acoustiques et électroniques, ainsi qu’à la rencontre esthétique des musiques contemporaines instrumentales et électroacoustiques. S’inscrivant dans une démarche visant à incarner par le geste instrumental la musique électronique, Imaginary Landscape met en scène un gramophone, utilisé à la fois pour échantillonner des disques vinyle et pour produire des sons percussifs à l’aide de son cornet de métal. Au moyen de la vidéo projetée directement sur les musiciens et sur différentes surfaces selon le lieu de performance, Myriam Boucher cherche à créer de nouveaux espaces imaginaires en intime relation avec la musique et les musiciens. Nommé en hommage à la série Imaginary Landscape de John Cage.

Pierre-Luc Lecours

Pierre-Luc Lecours est un compositeur et artiste sonore basé à Montréal. Sa pratique musicale s’exprime à travers plusieurs médiums et esthétiques différentes. Son travail se caractérise par une recherche d’expressivité émotive au sein d’œuvres explorant l’hybridation de sources acoustiques et numériques en s’inspirant autant des courants de musiques contemporaines, instrumentales et électroacoustiques, que par les styles électroniques expérimentaux. Il fait partie du projet QUADr et de l’ensemble ILEA.
Ses œuvres furent primées par le Concours de composition de la fondation Destellos 2014, le Concours des jeunes compositeurs de la Fondation SOCAN 2014 et le Concours Jeu de temps de CEC 2014 et 2017 et furent présentées dans plusieurs évènements internationaux, dont MUTEK (CA), Elektra (CA), BIAN (CA), Akousma (CA), Currents (US), Muslab (MEX), Résonances Électriques (Fr) et Hot docs (CA).

Myriam Boucher

Compositrice et artiste vidéo, Myriam Boucher vit et travaille à Montréal, Canada. Son travail sensible et polymorphe porte sur le rapport organique entre la musique, le son et l’image. Sa création est orientée vers des œuvres de musique visuelle, de projets immersifs et de performance audiovisuelle. Son travail a été présenté dans plus d’une centaine d’évènements et de festivals internationaux, dont MUTEK (CA), Igloofest (CA), Elektra (CA), Kontakte (DE) et Seeing Sound (GB). Ses œuvres se sont placées dans plusieurs sélections officielles et ont entre autres été récompensées aux concours de composition électroacoustique Jeu de Temps 2015 et 2016 (premier prix), Vidéoformes 2017, au concours de composition électroacoustique des JIM 2015 et de la bourse Euterke 2015 en vidéo.
Après un baccalauréat en composition sonore et art médiatique à la faculté de musique de l’Université de Montréal, elle entame un doctorat dans le même domaine à l’automne 2016. Ses recherches portent sur les relations image/son appliquées au sein d’un contexte musical contemporain et d’une écriture acousmatique. La pratique de Boucher part d’un geste libre et tend vers la nature, en passant de la matière brute à l’immatérialité de celle-ci. Elle explore le désir d’une liberté et questionne notre rapport intrinsèque à la vie.

Charlotte Layec

Charlotte Layec, clarinettiste, a poursuivi sa formation musicale en France puis à Montréal. Artiste versatile, elle évolue autour de différentes esthétiques musicales explorant la musique classique et la musique contemporaine en passant par les musiques électroacoustiques et l’improvisation libre (ensemble ILEA). Ses qualités d’interprète ont amené la musicienne à se produire au sein de l’Orchestre Symphonique de Montréal (OSM) sous la direction de Kent Nagano en août 2016, et son intérêt pour la création se manifeste dans les multiples œuvres électroacoustiques avec audiovisuels d’application auxquelles Layec a collaboré, tels que Empreintes de Pierre-Luc Scott pour clarinette basse et électroacoustique (crée au Festival Ultrasons 2016), Verklärter Rohr de Jullian Hoff pour clarinette basse, algorithmes en temps réel, bande et vidéo générative (présenté aux TIES 2017) et Imaginary Landscape de Pierre-Luc Lecours pour clarinette basse, gramophone et synthétiseur (crée au Festival MUTEK 2017).

PL_Lecours_PhotoProjet

Commissaire Guillaume Côté

Influencé par ce qui l’entoure, le compositeur électroacoustique Guillaume Côté explore, à travers un mélange de matériaux concrets, synthétiques et vocaux, les dynamiques territoriales, linguistiques et sociales propres au Québec. Il est titulaire d’une maîtrise en composition électroacoustique de l’Université de Montréal sous la tutelle de Robert Normandeau. Éclectique, sa recherche artistique repose non seulement sur la rencontre de l’Autre par un discours musical aux visées narrative ou informative, mais aussi sur l’abstraction induite par les systèmes modulaires. Cofondateur de la boîte de création audionumérique Trames, il collabore avec plusieurs artistes tels que Samuel Bobony (Black Givre), Guillaume Campion (Archipel), Lucie Leroux (Empreintes) Dave Gagnon (L’Autre) et Alexis Langevin-Tétrault (Falaises).

guillaume côté

Date: septembre 20, 2017