logo

L’improvisatrice

L’improvisatrice

9 – 11 août 2012 à 20 h

Texte de Julie Vincent

improv_V2.indd

Après avoir produit Le Marin de Fernando Pessoa, Jocaste de Mariana Percovich, La robe de mariée de Gisèle Schmidt et Le portier de la gare de Windsor deux textes de Julie Vincent voici le nouveau laboratoire de  Singulier Pluriel  : L’improvisatrice.

 

L’improvisatrice est un conte théâtral pour deux actrices-narratrices. L’écroulement de la ville de Buenos Aires, au moment du crash financier en 2001, est le point focal d’une rencontre fulgurante. Une photographe québécoise, Annabelle, va perdre son visage de façon brutale dans la capitale argentine au moment du soulèvement populaire. Soledad jeune étudiane venue d’Argentine ne pourra commencer sa vie à Montréal que lorsque le récit d’Annabelle lui sera enfin révélé dix ans plus tard au métro Berri près de la statue d’Emilie Gamelin.

 

Le travail de  Singulier Pluriel s’inscrit géographiquement et culturellement dans l’axe Nord-Sud. Si notre lieu identitaire est Montréal, dans notre travail, cette ville en cache toujours une autre: Buenos Aires, São Paolo, Montevideo et bientôt Lima.

 

Notre démarche est connue et reconnue pour ouvrir des pistes, créer des modes de fonctionnement nouveaux, établir de vérita- bles relations entre créateurs de pays différents. Les expériences ainsi acquises renforcent le processus de création des artistes et artisans, qui s’enrichissent d’opinions et d’idées nouvelles et sont confrontés à des logiques artistiques totale- ment différentes de ce qui se réalise au Québec.

 

Singulier Pluriel crée des œuvres contemporaines et fait de sa pratique un véritable laboratoire de recherche interculturel.

 

Production Singulier Pluriel et Espace Cercle Carré. Texte et mise en scène Julie Vincent. Dramaturgie Blanca Herrera. Comédiens Liliane Boucher dans le rôle deSoledad / Julie Vincent dans le rôle de Annabelle / Conception musicale MichelSmith. Conception photographique François Régis Fournier. Assistance et coordination artistique Audrey Wyszinski.

Date: décembre 13, 2016